« Une deuxième grossesse parfaite ! J’ai pu accoucher naturellement à 39SA+5. »

Retrouvez le témoignage de Juliette qui a eu une pré-éclampsie tardive pour sa première grossesse et n’a pas eu de récidive pour la grossesse d’après ! Elle évoque cependant le traumatisme lié à la première grossesse.

« J’ai vécu une pré-éclampsie en 2019 pour ma première grossesse. Vers six mois de grossesse, on me diagnostique un début de pré-éclampsie du fait d’une tension élevée, un diabète gestationnel ainsi que des œdèmes.

À 34SA, on m’hospitalise car les symptômes s’aggravent. Quatre jours plus tard, suite à un mauvais monitoring et une mauvaise prise de sang, on décide de me faire une césarienne d’urgence. Heureusement, mon bébé avait déjà un bon poids, 2,110kg. Nous sommes restés en néonatalogie pendant 15 jours. J’ai vu une psychologue pour m’aider à digérer tout cela. Le post-partum a été très compliqué pour moi.

Malgré la peur de récidive, deux ans après, nous décidons d’avoir un deuxième bébé. Le gynécologue a donc décider de me mettre sous Aspegic™ tout au long de ma grossesse. Une deuxième grossesse parfaite ! J’ai pu accoucher naturellement à 39SA+5.

En revanche, je reste traumatisée par ma première grossesse. Je ne prendrai pas le risque d’avoir un troisième enfant. »

Partagez cet article !

Laisser un commentaire